Les manifestations contre l’écotaxe en Bretagne

La Bretagne connaît actuellement un mouvement social qui s’est traduit par des émeutes et plusieurs blessés. Les « bonnets rouge » font référence à l’une des plus grandes révoltes populaires de l’Ancien Régime, qui survint en 1675 sous le règne de Louis XIV, et annonçait la Révolution de 1789. Dans un de ses derniers billets, Jacques Sapir se livre à une analyse de la situation de la Bretagne, en rappelant que la région connaît depuis deux ans des fermetures et des licenciements dans des petites et moyennes entreprises[1]. Une misère néorurale, liée à la fermeture de l’employeur local, est en train de faire tâche d’huile sur l’ensemble de la Bretagne. A ce phénomène s’ajoute la crise de la filière agro-alimentaire qui entraîne avec elle une partie de l’agriculture. La crise de la filière porcine s’explique par un dumping sauvage pratiqué par l’Allemagne abrité derrière l’euro, qui ravage la Bretagne. Cette situation est le résultat direct de la directive «salariés détachés», décidée au niveau européen et relayée à l’échelle nationale par l’UMP et le PS, largement soutenus par le patronat[2]. L’écotaxe est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Il s’agit d’un impôt fondé sur des principes pourtant justes mais tellement mal ficelé qu’il pénalise en priorité les producteurs locaux au profit du transport autoroutier. De manière paradoxale, les primeurs produits à 300 km de Paris seront plus taxés que les salades ou autres légumes qui arrivent de l’autre bout du monde par avion à Roissy.

Dans ces conditions, les « bonnets rouge » ont appelé, en défilant par milliers, à la suppression de cette écotaxe. Or, les manifestations contre l’écotaxe et pour la sauvegarde de l’emploi réunissent rien de moins que des artisans, des agriculteurs, des commerçants, des marins, des patrons et salariés d’entreprises en difficultés, des syndicats, la FNSEA, le Medef et des fédérations patronales. Ce collectif, « Vivre, décider et travailler en Bretagne », a lancé un appel à la manifestation à Quimper. Plusieurs partis et syndicats de gauche (CGT, Solidaires, FSU, PG) ont fustigé la dimension interclassiste de ce mouvement, en refusant de joindre leur voix à celle du patronat local, et ont lancé un appel à manifester à Carhaix. Parce que ces organisations n’ont pas su prendre la mesure du ras-le-bol social de la région, les salariés bretons se sont rangés derrière qui ils pouvaient. Ceux qui qualifient ces derniers de «nigauds» ou d’«esclaves», en dénonçant la présence des «cléricaux» et du patronat local dans les manifestations[3], devraient plutôt s’interroger et procéder à une analyse concrète de la situation, au risque de voir le mouvement leur échapper. Loin de constituer l’allié du grand capital, le catholicisme breton a joué un grand rôle dans la conversion de la région à la sociale-démocratie, au point d’y rendre actuellement le PS dominant. Ceux que l’on qualifie de «cathos de gauche» ont su travailler en harmonie avec les grands industriels bretons, comme François Pinault ou Vincent Bolloré, soutenus par les curés car ils n’ont jamais abandonné «leur» région[4]. On peut toujours railler ce rapport des Bretons à leur territoire mais, comme l’explique Maurice Szafran : «Bouffer du curé en Bretagne, c’est la garantie de ne pas être écouté, de ne pas avoir la moindre influence politique et culturelle».

Publicités

A propos Romain Masson

Ancien enseignant d'histoire-géographie, passionné par le débat d'idées, je tente de penser en dehors des clous pour comprendre un monde devenu complètement fou. Je continue de croire que le savoir et la culture sont le meilleur rempart à la bêtise.
Cet article a été publié dans Nation et République, Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s