Les métamophoses de l’électorat du FN

Dans leur dernier livre, Emmanuel Todd et Hervé le Bras, se livrent à une analyse de la métamorphose du vote FN. Ils rappellent que quand le Front National apparaît sur la scène politique en 1984, la carte du vote FN coïncide avec la carte de l’immigration et de la délinquance. Menacés par des malfaiteurs et des immigrés, les Français auraient voté tout naturellement pour le parti qui leur promettait de se débarrasser de ces deux nuisances? Les deux auteurs remettent en cause cette analyse en soulignant que ces deux phénomènes existaient bien avant 1984, sans y avoir suscité de vote FN.

L’apparition et la diffusion du vote Front national en France

L’émergence du FN renvoie, d’après les auteurs, aux transformations économiques et sociales qui ont touché les régions d’habitat groupé à partir des années 1970. Avec l’étalement urbain, le passage à l’automobile, l’essor des grands centres commerciaux et la fin des petits commerces de proximité, la vie collective, la sociabilité et les rapports de voisinage  ont été dévastés. Le vote FN s’est contenté d’occuper ce vide par la désignation de bouc-émissaires. « Le vote FN exprime l’angoisse des pays de population groupée : le voisin est devenu un étranger, perçu comme une menace pour la sécurité ; les deux grands thèmes du FN proposent de soigner cette peur du vide en désignant des coupables». Le vote FN s’est répandu à partir de l’Alsace-Lorraine, la région parisienne, la région lyonnaise et de la basse vallée du Rhône, qui s’est étendue à l’ensemble de la côte méditerranéenne. Le vote FN avait un rapport, quoi que pervers, avec l’idéal d’égalité, puisque les Français estimaient que l’assimilation des populations immigrées n’allait pas assez vite. Mais parce que Jean-Marie Le Pen s’est accroché aux thématiques d’immigration et d’insécurité, sans poser les questions économiques et sociales, la progression du FN s’arrêta. La croissance se poursuit lentement mais la géographie électorale du parti se fige. Dans ces conditions, « la qualification de Le Pen au second tour de 2002, perçue comme une avancée majeure par la majorité des commentateurs, représente en réalité une immobilisation ».

Marine le Pen et le nouvel électorat du Front national

Alors que Le Pen ne représentait plus un véritable danger, Sarkozy décide de reprendre, en 2007, ses deux arguments sur l’immigration et l’insécurité pour l’écarter. Cette stratégie, qui a permis de récupérer le tiers des voix frontistes, fut payante à court terme mais sortit également le FN de son immobilité. Plutôt urbain à l’origine, l’électorat du FN devient rural et périurbain. Dans de telles conditions, en abandonnant son discours ultralibéral qui plaisait surtout aux petits commerçants  et aux patrons, « le FN peut devenir « le parti des pauvres, des laissés-pour-compte, un parti qui ne se définit plus seulement comme xénophobe mais comme porteur d’un message social ».

Marine le Pen, qui a parfaitement intégré cette dynamique, compte bien exploiter ces nouvelles tendances anticapitalistes, d’où son discours sur le retour de l’État, le protectionnisme et contre l’euro. Dans un discours à Strasbourg, elle fait un virage, en annonçant qu’on ne devait désormais plus différencier les Français selon leur origine. Persuadé que sa rivale venait de commettre une erreur tactique, Sarkozy en profite aussitôt pour lancer son offensive xénophobe, pour lui couper l’herbe sous le pied. « La droite dite républicaine devient alors le fer de lance des thématiques identitaires et sécuritaires ». Marine le Pen parvient en 2012 à récupérer la somme des voix de son père et de Mégret en 2002 mais, en réalité, la géographie du vote a changé. A l’exception des départements méditerranéens et lorrains, on note des pertes considérables dans les pôles traditionnels du vote FN, au profit d’une progression des départements du nord. Les gains sont particulièrement importants dans la France qui était restée jusque-là imperméable au discours du FN, à l’image du Poitou, des Charentes, du Limousin et surtout du Nord-Pas de Calais. Le Front national est devenu le parti des éloignés des grandes métropoles et des relégués vers les zones périurbaines et rurales. Leur attitude est surtout liée à leur position d’exilé de l’intérieur et à leur condition non urbaine.

L’adieu aux immigrés

Si le commentaire médiatique reste focalisé sur les prises de positions des dirigeants du FN, hostiles aux étrangers, son électorat s’est quant à lui détaché de la question de l’immigration. La quasi absence de lien, aujourd’hui, entre vote FN et présence maghrébine, permet aux auteurs d’affirmer que « les progrès du FN dans les milieux populaires l’éloigne des immigrés ». Si l’intérêt pour l’immigration ne concerne plus les milieux populaire, il s’est cependant déplacé vers les classes moyennes, d’où la fixation sur l’islam depuis cinq ans. La montée de l’islamophobie, qui a par ailleurs contribué à la droitisation de l’UMP, traduit une montée de l’anxiété chez les classes moyennes.

Comment le FN évoluera-t-il ? Emmanuel Todd et Hervé le Bras concluent, dans les années à venir à un épuisement du Front national. Cet épuisement serait lié à une contradiction trop forte entre d’un côté le fond culturel inégalitaire, anticommuniste, antisémite et antiarabe de ses dirigeants, et de l’autre le vieux fond révolutionnaire français des classes populaires. « Le FN pourrait donc connaître une chute plus rapide que celle du PCF, dont l’idéologie n’était pas, elle, en complète contradiction avec l’histoire de France ».

– Emmanuel Todd et Hervé le Bras, Le mystère français, Seuil, 2013

Publicités

A propos Romain Masson

Ancien enseignant d'histoire-géographie, passionné par le débat d'idées, je tente de penser en dehors des clous pour comprendre un monde devenu complètement fou. Je continue de croire que le savoir et la culture sont le meilleur rempart à la bêtise.
Cet article a été publié dans Nation et République, Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s