Le politiquement correct, Zemmour et la Nation

Eric Zemmour était l’invité de l’émission On n’est pas couché du 4 octobre 2014 pour présenter son dernier livre Le Suicide français. L’ancien chroniqueur de Laurent Ruquier qui n’a jamais peur des polémiques a dû faire face à la bienpensance médiatique, incarnée sur le plateau par l’inénarrable Aymeric Caron et Léa Salamé. Il ressort de l’émission que, quoi qu’on puisse penser du sectarisme des deux chroniqueurs et de leurs concours d’indignation, Eric Zemmour va parfois tellement loin que son discours est de moins en moins audible, même par les gens de bonne foi.

Le catéchisme européiste de Cohn Bendit

L’émission a commencé avec Daniel Cohn-Bendit, qui nous a une fois de plus servi la soupe européiste dans ce qu’elle a de plus idéologique. L’ancien leader de 68 a réservé ses attaques les plus violentes contre Jean-Luc Mélenchon, accusé de soutenir la Russie de Vladimir Poutine et de n’avoir aucune solidarité vis-à-vis des insurgés de Maïdan à Kiev. Il va de soi que Cohn-Bendit n’a pas eu un mot de compassion pour les Ukrainiens de l’est victimes de la répression du gouvernement de Kiev : 400 000 déplacés et 2700 morts. Mélenchon est accusé d’être contre l’Occident et il n’y aura qu’Éric Zemmour pour rappeler au leader écologiste que l’Occident n’est rien d’autre que la soumission à la domination des États-Unis. Le discours de notre « pom-pom girl de l’européisme », pour reprendre le mot d’Emmanuel Todd, se résume en trois points.

– Les États-nations n’ont plus de pouvoir et ne peuvent plus avoir de politiques indépendantes, à l’heure de la mondialisation.

– Il faut détruire ce qui reste du pouvoir des États et de la souveraineté nationale pour construire une souveraineté européenne et un État européen.

– Si cela ne marche pas, c’est parce que l’Europe actuelle est dominée par les libéraux. Il faut donc attendre que les idées sociales et écologistes deviennent majoritaire à l’échelle de l’Europe, mais en aucun cas revenir au périmètre de État-nation.

Sa dénonciation du « souverainisme » de gauche et de droite, traduit un refus de voir qu’en l’absence de peuple européen, il n’y a de démocratie possible que dans le cadre des Nations.  Le leader écologiste n’a pas de mot assez dur contre les écologistes français, accusés d’être trop à gauche et responsables de l’échec d’EELV, mais refuse de constater l’évidence : les écologistes français, plus attachés à l’idée d’égalité, ne deviendront jamais des écologistes allemands. Les réformes de démantèlement de la protection sociale conduite par le SPD en 2003 et soutenus par les Verts allemands ne pourraient jamais voir le jour dans un pays comme la France, sans déclencher une révolution! Dany le Vert, qui a soutenu la politique allemande la plus égoïste et la plus nationaliste depuis la réunification, ne voit pourtant aucune contradiction à dénoncer les tentatives d’un retour à des politiques nationales chez les autres pays européens.

Eric Zemmour, la dénonciation du politiquement correct et ses limites

La fin de l’émission n’a pas tant été consacrée au livre d’Éric Zemmour, le Suicide français, qu’aux parties portant sur la déconstruction du genre, l’immigration et l’islam. De la mondialisation, l’Europe, l’échec de l’euro, l’abandon de toute solution nationale pour rompre avec le néolibéralisme ou le renoncement à l’indépendance nationale, nous ne saurons rien. Nous avons surtout eu le droit à des batailles de chiffres à propos de l’immigration et des chroniqueurs préférant la diffamation et les insultes aux arguments. La stratégie d’Aymeric Caron consiste précisément à pinailler sur des détails, des chiffres ou un manque de référence pour délégitimer un auteur et l’ensemble de son travail. Léa Salamé estime quant à elle que s’inquiéter de la déconstruction des identités sexuelles, des échecs de l’intégration et de la place de l’islam en France revient à détester les homosexuels, les immigrés et les musulmans ! Le tout venant de gens qui prétendent ne pas être dans l’idéologie.

Eric Zemmour a pu jadis se montrer utile dans le débat public, à travers sa critique de la mondialisation, de l’Europe libérale, du ralliement de la France à la domination américaine, du multiculturalisme, son souci de la souveraineté nationale ou sa défense de l’École de la République. Il fait partie de ces auteurs capables de saisir dans la longue durée les tendances idéologiques profondes qui travaillent la société française. Il semble nostalgique du modèle français des années 1960 : une École de la transmission des savoirs où les professeurs étaient respectés, une Europe fondée sur la coopération entre nations souveraines, une économie mixte conciliant initiative privée et intervention publique, un modèle d’intégration des immigrés reposant sur l’assimilation, une France indépendante de la domination des États-Unis. Si sa critique de la modernité touche souvent juste, je reste frappé par son refus d’admettre que ce modèle pouvait aussi avoir des aspects étouffants : contrôle de l’information par l’ORTF, interdiction pour une femme d’ouvrir un compte en banque sans l’autorisation de son mari, refus de l’avortement, racisme anti-maghrébin décomplexé, légalisation de la peine de mort. Mais qu’on partage ou non toutes ses idées, Zemmour avait le mérite d’affronter le politiquement correct, tout en restant dans le cadre républicain. Il semble être passé à un autre discours depuis quelques temps.

Une défense de l’assimilation ou de la nation ethnique ?

A propos de l’immigration, Eric Zemmour décrit à juste titre une réalité inquiétante que ne veulent pas voir nos deux chroniqueurs par refus de mettre de l’huile sur le feu. Pour eux, le Front National ne progresserait pas en raison de la montée des violences urbaines, des problèmes d’intégration ou de la montée de l’islam radical, mais à cause de ceux qui dénoncent et s’inquiètent de ces phénomènes. Mais quand Léa Salamé demande à l’auteur du Suicide français ce qu’il propose comme solutions, celui-ci botte en touche en arguant que son livre n’est pas un livre-programme. Il lui aurait juste suffit de prôner un retour à une politique d’assimilation des immigrés reposant sur le respect des principes républicains, la transmission de la culture française, de sa langue et de ses valeurs. La solution ne peut être de renvoyer je ne sais où des gens qui vivent en France et possèdent la nationalité française, mais de leur permettre d’accéder à la culture française pour qu’ils se sentent Français comme tout le monde.

Plutôt que de plaider pour un islam français compatible avec la République, Eric Zemmour préfère souligner l’équivalence entre l’islam et l’islamisme, plutôt que de défendre une politique de fermeté envers la délinquance qui profite à tous les Français quelle que soit leur origine, il préfère rendre les seuls étrangers responsables de la montée des violences et mettre en avant l’origine ethnique : « Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se séparent de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français ». Même le Front National n’ose plus parler de cette manière ! En ce qui me concerne, je n’ai pas envie de choisir entre ceux qui refusent d’admettre que l’endogamie de la culture arabe puisse poser des problèmes spécifiques, et ceux qui partent de l’idée qu’un Arabe est, par essence,  inassimilable à la culture française.

A trop vouloir prendre le politiquement correct à rebrousse-poil, Eric Zemmour prend à mon sens le risque de soutenir une conception ethnique de la Nation de plus en plus éloignée de la tradition républicaine.

Publicités

A propos Romain Masson

Ancien enseignant d'histoire-géographie, passionné par le débat d'idées, je tente de penser en dehors des clous pour comprendre un monde devenu complètement fou. Je continue de croire que le savoir et la culture sont le meilleur rempart à la bêtise.
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s