L’attentat contre Charlie Hebdo ou le 11 septembre français

Nous-sommes-CharlieL’attentat contre Charlie Hebdo est le spectacle d’une barbarie dont on voulait croire la France à l’abri. L’assassinat de Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Bernard Maris et tous les autres est, au-delà de la tragédie humaine, la décapitation de toute une génération de dessinateurs et de chroniqueurs qui ont incarné pour nous tous l’esprit du journal satirique.

Même si assez jecharlie-hebdo-1998-n-321-a-330-10-n-cabu-wolinski-gebe-willem-luz-chirac-allegre-le-pen-leotard-jean-paul-ii-revue-850243479_MLune j’ai eu l’occasion de voir les dessins de Cabu à la télévision, je n’ai vraiment découvert Charlie Hebdo que dans les années 2000, quand il tapait surtout sur Jean-Paul II, un peu avant que n’éclate l’affaire des caricatures de Mahomet. À mes yeux, ce n’est qu’après le départ de Philippe Val — suite à ses prises de position et l’éviction de Siné — et son remplacement par Charb que le journal est redevenu ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être depuis Hara-Kiri : un journal libertaire, antimilitariste, qui tape sur toutes les religions, le capitalisme, rejette toute forme de racisme, mais qui ne transige jamais sur les valeurs républicaines.

original.77544.demiCharlie Hebdo n’a jamais chanté les louanges du Hamas ou d’Ahmadinejad et sa dénonciation du racisme s’est toujours articulée à une défense stricte de la laïcité. C’est d’ailleurs ce qu’une partie de la gauche ne lui a jamais pardonné, lui reprochant de verser dans l’islamophobie, alors même que le journal a toujours distingué la critique de l’islam de la haine des musulmans. Que disent aujourd’hui les grands esprits qui accusaient hier le journal de jeter de l’huile sur le feu simplement parce qu’il refusait la logique de l’autocensure ? Les mêmes qui, à chaque publication sur l’islam, lui reprochaient de stigmatiser l’ensemble des musulmans n’ont-ils pas fini par répandre l’idée fausse que ces derniers étaient incapables de rire de leur propre religion ? Charb était parfaitement conscient des risques qu’il y avait à prendre systématiquement la défense des musulmans, en accordant un statut à part à leur religion : « C’est en refusant – par peur ou par paternalisme – de traiter les citoyens musulmans comme des citoyens avant de les traiter comme des croyants qu’on fait de l’islam un tabou ». Les vrais islamistes sont les seuls qui ne supportent pas qu’on puisse rire de leur religion. C’est la raison pour laquelle ils s’en sont pris à l’hebdomadaire, en exterminant toute la rédaction.

Le journal satirique incarnait, dans le pays de Voltaire, une forme de pensée critique par le dessin avec une liberté de ton, une ironie mordante et un goût pour la provocation dans laquelle chacun pouvait se reconnaître. Voilà pourquoi tant de monde, en France et ailleurs, est sous le choc aujourd’hui : cette tragédie est notre 11 septembre. La seule manière d’honorer la mémoire des victimes est de faire comprendre aux fous de Dieu et autres censeurs que nous ne céderons jamais face aux intimidations et que nous continuerons toujours, quel qu’en soit le prix, à faire vivre la liberté d’expression.

Publicités

A propos Romain Masson

Ancien enseignant d'histoire-géographie, passionné par le débat d'idées, je tente de penser en dehors des clous pour comprendre un monde devenu complètement fou. Je continue de croire que le savoir et la culture sont le meilleur rempart à la bêtise.
Cet article a été publié dans Géopolitique et relations internationales, Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’attentat contre Charlie Hebdo ou le 11 septembre français

  1. Catoneo dit :

    Je pense qu’il est exagéré voire présomptueux d’aligner la séquence des tueries du 7 au 9 sur le 11-septembre, au simple motif que nous pourrions aussi en avoir un en vrai !
    Pour le reste vous devriez creuser Voltaire, il vous est encore très dissimulé.

    • Romain Masson dit :

      Cela serait bien d’apporter quelques arguments solides. La comparaison avec le 11 septembre renvoie au fait qu’il y aura un avant et un après, pas au nombre de victimes. Dans la mesure où l’époque des opérations terroristes spectaculaires comme en 2001 est révolue, j’ai du mal à voir ce que serait un « vrai » 11 septembre français. A vous entendre, ce qui s’est passé entre le 7 et le 9 janvier est négligeable. Quant à Voltaire, un élève de 4e sait qu’il signait ses lettres « Ecraser l’Infâme », même s’il n’était pas athée, et que ses attaques contre la religion étaient beaucoup plus violentes que les couverture de Charlie Hebdo.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s